La gestion de projet, et si c’était simple ?

par | 03-12-2021 | Formation, Gestion de projet

Sur mon article précédent je prétendais le contraire. Enfin dans la mesure ou le projet n’était pas correctement cadré. Alors est-ce que la gestion de projet peut devenir simple ?

La réponse est oui ! Définitivement oui ! C’est une question de préparation, de méthode et d’organisation. Vous n’en êtes pas convaincu ? Alors retour à nos cours de mathématique, vous souvenez-vous du principe de démonstration par l’absurde ? Allez, on applique. Tentons de démarrer un projet sans préparation, sans méthode et sans organisation. Vous avez deux semaines. Tic Tac, Tic Tac, Tic Tac … Cà donne quoi ? … Ha oui quand même ! … On vous avait prévenu !

Préparer le projet, qu’est ce que cela signifie pour la gestion de projet ?

Nous souhaitons que la gestion de projet soit simple, et nous souhaitons aussi qu’elle soit performante pour livrer ce que nous devons livrer dans le respect des contraintes validées. La préparation va donc commencer par poser correctement une description du livrable dans son contexte. La description du livrable sera le résultat d’une compréhension des besoins et des exigences. En lien direct avec la raison du projet. Et cette raison est bien évidemment structurante pour dimensionner le livrable. William Edwards Deming disait « It is not enough to do your best, you must know first what to do and then do your best ». Donc, commençons par comprendre ce que nous devons livrer, et positionnons ce livrable dans son contexte spécifique pour identifier les exigences, les contraintes et les incertitudes. Ce livrable de management de projet fera partie du référentiel partagé entre les parties prenantes et sous contrôle de la gestion de projet.

Nous avons dit préparation, méthode et organisation, alors quelle méthode ?

L’exercice précédent est déterminant pour le choix de la méthode. J’entends régulièrement « Nous, nous faisons de l’agile » ou « Nous, nous faisons du cascade ». C’est un peu comme si le mécanicien automobile disait « Moi, je travaille au tournevis cruciforme ». Et lorsqu’il y a un écrou à manipuler, on fait comment ? En gestion de projet, il y a fréquemment débat entre agile et cascade. Puis les discussions se poursuivre pour affiner entre SCRUM et Nexus ou entre PRINCE2 et PMI. Le débat est-il légitime ? Personnellement je ne le pense pas : 

  • Le mode agile apporte une valeur indiscutable lorsque le degré d’incertitude sur le livrable est important.
  • Le mode cascade apporte une valeur indiscutable lorsque le degré d’incertitude sur le livrable est faible. 

Autrement dit pour un livrable bien maîtrisé faisons du cascade, pour un livrable avec un fort degré d’incertitude faisons de l’agile. Le dernier point sur la méthode concerne son adaptation. Chaque projet est unique, l’approche méthodologique sera donc alignée au contexte. 

En quoi l’organisation simplifiera-t-elle la gestion de projet  ?

Troisième pilier de notre système destiné à simplifier la gestion de projet, savoir qui fait quoi et s’assurer de chacun maîtrise son périmètre de responsabilités. Comme une évidence non ? Et pourtant, tant de projets sur lesquels ce chapitre n’est pas suffisamment traité. Nous parlons ici de l’organisation de management de projet, pas encore des ressources qui développeront les livrables. Les questions sont qui dirige le projet, qui gère le projet, qui supporte, qui assure. L’organisation d’un projet est temporaire puisque le projet l’est. Il faut donc la construire spécifiquement pour faciliter le management de l’initiative, pour permettre le principe de la délégation et pour identifier les parties prenantes et les décideurs. C’est un passage obligatoire ! Ne vous engagez pas sur un projet sans une organisation posée et sans être certain que chacun comprenne bien sa mission et son périmètre de responsabilités. A la première difficulté vous vous retrouveriez bien seul pour envisager les solutions et supporter la prise de décision.

Avec ces trois piliers, nous pouvons envisager un projet sous contrôle avec une gestion de projet sobre et durable. Ne rêvons pas, il y aura des incidents, des soucis et des imprévus qu’il faudra gérer. Mais si le cadre a correctement été posé, nous disposerons des outils méthodologiques et organisationnels pour les accueillir sans stress et les traiter avec efficacité.

Alors n’hésitons pas à pOser le projet avant de nous y engager trop précipitamment. Toute l’équipe y trouvera ses bénéfices.

N’hésitez pas à me joindre pour échanger sur le cadrage de vos projets.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *