Mon projet de voyage vers l’Article

par | 12-07-2021 | Gestion de projet

De l’idée au projet :

Lorsque Jean-Baptiste et Thomas m’ont demandé de rédiger quelques articles pour le nouveau site itpms.fr, je sortais d’un gros trail par étapes et j’étais en manque d’itinérance à vélo. Il ne m’a alors fallu que quelques instants pour imaginer un article sur le projet en lien avec le voyage à vélo. Mais conter un voyage déjà réalisé ne m’emballait pas vraiment. Il fallait donc engager tout de suite un nouveau projet rapide et enthousiasmant pour ne pas retarder la date de mise en production de notre tout nouveau site web.

Où aller ? Quand partir ? Quel sens donner à ce voyage opportuniste ? Autant de questions et tant d’autres à traiter rapidement pour cadrer le projet dans le projet

Retour aux fondamentaux de la gestion de projet : la raison (rédiger un article pour la mise en production du nouveau site web et surtout se faire plaisir), les bénéfices (répondre à la sollicitation de mon agence web et en profiter pour faire une belle balade), les contre-bénéfices (mettre de coté quelques dossiers en cours, mais au mois de juillet ce n’est jamais très grave), les risques (sortir un article trop décalé et rejeté par les lecteurs, mais ils me pardonneront), les coûts (du temps pour préparer, pour pédaler, pour observer et aussi pour rédiger, donc finalement pas très cher), la durée (moins d’une semaine pour ne pas impacter trop fortement un calendrier déjà bien établi sur le mois). Bref je rédige un cas d’affaire qui s’avère immédiatement positif, et je décide de partir du bureau à Douai pour aller saluer Pierre à Sèvres puis de revenir par un autre chemin puisque c’est ce qui importe, le chemin.

Une analyse rapide positionne le trajet aller-retour autour de 450 à 500km que j’imagine immédiatement en 4 étapes pour envisager des segments d’un maximum de 125km et disposer ainsi de temps l’après-midi pour rédiger mes articles. Le chemin se dessine déjà, bien que je doive encore créer la trace car j’envisage le voyage en mode Gravel et Bike-packing pour limiter le volume de bitume, éviter la circulation automobile et voyager léger. La trace et quoi d’autre pour le produit de projet ? En quelques minutes, je réalise la description de produit de projet en insistant plus particulièrement sur le chapitre de la (dé)composition (que je formalise sur une carte mentale) pour faire l’inventaire des éléments qui composeront mon projet à partir de plusieurs catégories : les articles rédigés, le poste de travail, le moyen de déplacement, les sacs de bike-packing, les vêtements, la sécurité, l’alimentation et l’hébergement. Sur chaque élément je précise mes exigences (professionnelles et personnelles) et les contraintes (exercées sur le projet et imposées par le projet). 

Certaines catégories feront l’objet d’un deuxième niveau de décomposition pour entrer plus en détail sur les composants. Au cours de cet exercice, je me rends compte qu’il y a des dépendances à considérer pour envisager le plan de préparation. C’est au diagramme de flux de prendre alors le relais pour me permettre d’ordonner les activités de préparation des composants. Cette vue graphique du flux fera apparaitre quelques incertitudes qu’il sera nécessaire d’analyser pour sécuriser le projet en minimisant les risques et leurs impacts. Mon projet se dessine, m’enthousiasme déjà et je regrette de ne pas avoir prévu de communiquer sur ce voyage. Professionnellement, cela ne présente pas vraiment d’intérêt, mais sur mon réseau privé, il y a une belle histoire à partager. J’intègre donc, dans les activités, une communication sous la forme d’un post quotidien et d’une photo via les réseaux sociaux que j’utilise le plus fréquemment. Cela positionne tout de suite certains points de contrôle sur le projet pour marquer un bref temps d’arrêt, faire le bilan et communiquer avant d’engager l’étape suivante. Me voici alors très rapidement en mode rédaction d’un plan de projet qui sera adapté à cette initiative sans enjeux réels. Il m’assurera un voyage sans stress car le niveau de préparation, bien que particulièrement sobre comme l’exige ce type de projet, me permettra ensuite de me centrer sur le coeur de l’initiative : voyager à vélo, écrire mes articles, rencontrer Pierre et prendre plaisir.

Lire la suite

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *